Atelier “Communiquer en pleine conscience”

Atelier proposé à un Public de thérapeutes (relations d’aide, yogathérapeutes, sophrologues, naturopathes, énergéticiens, relaxologues, réflexologues.)

Émotions, stress, égo ! Même si nous avons travaillé ces différents aspects de nous-mêmes, parfois pendant des années, le statut de thérapeute ne fait pas de nous des êtres dénués de ces trois dimensions… Loin de là et fort heureusement !

Néanmoins, face à notre public, il est capital de rester réellement “présents” malgré les interférences et effets miroirs que les “clients” peuvent nous renvoyer et ceci afin de pouvoir générer un maximum de transformations positives pour eux.

Comment dès lors garder une écoute bienveillante, sans que se superposent nos histoires passées et/ou nos interprétations hasardeuses ? Comment rester objectivement neutre, sans paraître froid et sans juger ?

Basée sur une synthèse de l’écoute active, des valeurs de la philosophie du yoga et de techniques de sophrologie, cette méthode  nous aide sur ce chemin. Venez apprendre une technique solide pour booster votre carrière !

Après cet atelier, vous pourrez   

  • Améliorer le degré « d’alliance » avec vos clients
  • Renforcer votre confiance dans votre posture de thérapeute
  • Transmettre à votre tour un outil puissant à vos clients pour qu’ils puissent eux-mêmes améliorer leurs relations en famille, à l’école ou au travail, car la communication de pleine conscience peut faire des émules rapidement.
  • Vous entrainer à cette méthode dans un groupe bienveillant.

Le plus de cet atelier

Création d’un groupe de pratique pour s’entraîner à la communication en pleine conscience et remise d’un manuel de 25 pages.

L’intervenante : Mila Muriel Rivault est journaliste, formatrice et enseignante de yoga et praticienne sophrologue certifiée RNCP, formée à l’écoute active. Très tôt dans son métier de journaliste en presse magazine grand public et de formatrice en journalisme au CFPJ, elle a cherché des méthodes pour mieux gérer le stress, établir des relations de confiance avec ses interlocuteurs et dénouer les conflits qui pourraient naître. La solution passe pour elle avant tout par une prise de conscience individuelle de son mode de fonctionnement, selon le précepte : « change toi-même pour transformer le monde. »

Groupe : 6 à 8 personnes

Dates : 16 avril de 9h30 à 17 h et les mardis 21 mai, et 18 juin. De 19 h à 20 h30

Lieu : Antony (92)

Tarif : 120 euros TTC pour les earlybirds (inscription avant le 30 mars).

150 TTC pour les autres.

Pour de plus amples renseignements et vous inscrire, appelez moi au

TEl . 06 04 67 18 10

Examens, concours, bac, brevet, permis de conduire ! Potentialisez vos chances de réussite grâce à la sophrologie !

 Anaïs, 20 ans, vient de passer pour la quatrième fois son permis de conduire. Seule en conduite accompagnée avec sa mère, la jeune femme conduit impeccablement, mais rien à faire, en présence de l’examinateur, elle perd tous ses moyens, et elle vient d’échouer à nouveau ! Si vous vous retrouvez dans ce profil quand vous passez un examen, il y a de fortes chances pour que la sophrologie puisse vous aider. Alors, continuez la lecture !

Nous avons tous besoin d’un peu de stress dans la vie pour avancer. Mais lorsqu’il est trop haut, le stress génère une panoplie de désagréments, comme entre autres perdre toutes ces capacités en situation d’examens. A la longue, ce genre de stress, peut provoquer non seulement, une série de dégâts sur le corps, mais également nous bloquer dans notre vie personnelle et professionnelle.

S’il est vrai que le stress provient souvent de l’extérieur, c’est-à-dire d’éléments incontrôlables, il existe un stress généré de l’intérieur, telles nos pensées ou croyances parasites. Par exemple, la peur de l’échec à l’examen ou encore la crainte d’échouer là où nous avons déjà échoué. Un sentiment d’impuissance peut prendre rapidement le pas et générer ainsi un renoncement. A quoi bon persister !?

Pour diminuer les méfaits de ces pensées inhibantes, la sophrologie propose une palette d’outils très efficaces, et qui servent tout au long de la vie. Elle peut également aider à travailler la mémoire, renforcer la concentration et surtout la confiance en ses capacités.

Venez tester un atelier découverte de sophrologie gratuit dédié à ce thème. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

Addictions, la sophrologie nous aide à nous sevrer. Le point sur la méthode.

Le terme d’addiction trouve son origine dans le droit romain au moyen-âge. Il signifie : “s’infliger une contrainte par corps pour dette.”

 

Jeux, sexe, tabac, achats compulsifs, écrans, sucre… Du plaisir immédiat à la destruction, il n’y a qu’un pas…

Rien de tel qu’une petite cigarette, un jeux vidéos, un verre d’alcool, pour passer une anxiété, faire taire un souvenir douloureux, ou encore dénouer une tension interne intenable. Avec le verre de vin et la bouffée de cigarette, le soulagement s’avère immédiat… mais évidemment non durable.  Et très vite, c’est le cercle vicieux qui s’installe.

La tension revient, le mauvais souvenir explose dans notre cerveau comme une bombe intenable, et le besoin de boire à nouveau, de fumer une nouvelle fois, ou de se défouler dans le sexe ou les jeux vidéos reviennent aussi vite. Assez souvent, ces comportements se sont ancrés par renforcement du négatif, au coeur d’un processus d’évitement expérientiel de situations et ou d’émotions ou de pensées désagréables. Et l’état de manque, le fameux craving, réapparait, qui nous pousse à répéter le comportement nocif… à la fin, la culpabilité règne en despote.

Pour se libérer d’une addiction quelle qu’elle soit, les miracles n’existent pas. Du déni au désir de sobriété pure et simple, les étapes à franchir sont multiples. 12 pour les alcooliques anonymes, pour qui l’addiction est plus forte que nous-même, puisqu’elle gouverne nos vies. Un facteur prend alors toute son importance pour combattre ce fléau : notre motivation. Oui, rien de telle que la motivation, sans laquelle rien ne peut fonctionner. Et sans motivation, c’est la rechute assurée. Et il faut le souligner, aucune méthode ne marche sans l’implication du patient. Aider quelqu’un à s’arrêter de fumer un mois ou deux est facile. L’empêcher de rechuter est très compliqué ! Aussi la prévention des rechutes, est déterminante. En plus d’aider au sevrage, la sophrologie s’avère une puissante aide pour prévenir les rechutes.

Les addictions aux écrans s’avèrent de plus en plus fréquentes dans nos sociétés

Lors de votre première séance de sophrologie, il s’agira d’évaluer avec moi, votre degré de dépendance, ainsi que les autres prises en charges (médicale notamment dans le cas de l’alcool ou des toxicomanies). Nous commencerons alors un travail pour dynamiser votre motivation et votre confiance dans votre capacité de réussite. 

Le nombre de séances varie d’un individu à un autre. Pour le tabac, de trois à une dizaine en général, mais cela peut être plus.

Le travail s’axe à la fois sur la revalorisation de soi, et de sa capacité à agir et à maîtriser les pulsions et sur la redécouverte de son corps, de ses réactions, et de ses sensations pour en maîtriser les pulsions.

Le travail de respiration, et le geste signal bientôt, remplaceront le réflexe incontrôlable de fumer ou de boire, ou de se jeter sur son téléphone portable pour un oui, ou un non.

Prendre rendez-vous en ligne

Mieux dormir, grâce à la sophrologie cela s’apprend !

Dormir d’un sommeil profond et réparateur semble parfois juste un paradis perdu quand on souffre d’insomnie. Rassurez-vous, seul 2 à 3% des troubles du sommeil sont d’origine pathologique. Pourtant, 36% des Français déclarent souffrir au moins d’un trouble du sommeil. Un Français sur cinq est atteint d’insomnie chronique. Un chiffre sûrement minoré à l’aune des 131 millions de boîtes de benzodiazépines vendues en France en 2013 ! Il semble que les troubles du sommeil oscillent au cours de la vie. Une chose est sûre, ce n’est pas une fatalité, mais il est également vrai qu’un épisode d’insomnie peut nous faire entrer dans un cercle vicieux. La peur de la nuit blanche en appelant une autre. Voici mes quatre conseils de sophrologue pour casser le cercle vicieux.

Conseil 1 – Evaluez à l’aide d’une grille votre type d’insomnie, sa fréquence et sa durée ! Noter jour après jour sur 15 jours le type de dérèglement nocturne dont vous souffrez permet d’attaquer mieux la cause. Etes-vous du style à vous endormir difficilement ? Vous rêvez de dormir, mais vous ressassez avant de dormir et votre corps souffre de tensions rendant impossible l’endormissement express. Grosso modo , vous n’arrivez pas, même si vous en rêvez à lâcher prise. 

Peut-être êtes-vous plutôt du genre à sombrer profondément dans le sommeil rapidement, mais vers 2 heures du matin, vous ressemblez au hibou. Les soucis de la veille s’invitent dans votre tête et vous ressassez en boucle les problèmes de façon peu créative il faut l’avouer.

Autre possibilité, vous ouvrez les yeux à 4h30 du matin sans pouvoir les refermer jusqu’au réveil à 7 h 00 ? Avez-vous plutôt le sentiment de vous réveiller plusieurs fois par nuit et de ne pas pouvoir ainsi vous reposer correctement ?

Parfois les profils s’accumulent. Peu importe, prendre conscience du type d’insomnie dont vous souffrez permettra d’adapter le bon réflexe pour s’en libérer. En sophrologie, il y a des exercices et des protocoles adaptés pour chaque type de troubles du sommeil.

Conseil 2 – Préparer votre sommeil dans la journée

Un réparateur sommeil se prépare en amont dans la journée, surtout, si l’on souffre de stress chronique. Il faut alors ne pas hésiter à utiliser des techniques de sophrologie, de sieste flash, ou de yoga nidra (un sophrologue est là pour vous enseigner ces techniques) pour le réduire régulièrement et ne pas souffrir le soir d’un trop plein vous empêchant de sombrer dans les bras de morphée.

Conseil 3 – Noter tout vos soucis sur une feuille avant d’aller dormir

Notez sur une première page, les problèmes que vous pourrez résoudre rapidement le jour suivant. Notez les soucis que vous pouvez régler à moyen terme puis à long terme et enfin les problèmes insolubles. Il faudra vraisemblablement en faire le deuil. Déposez ces documents dans un tiroir que vous fermez à clé. Et laissez vos soucis à cet endroit. Symboliquement vous n’en avez pas besoin pour aller dormir ! Une fois cet acte réalisé, vous verrez que l’on se sent plus léger. Inutile à présent d’y penser. C’est libérateur.

Beautiful landscape
Invitez le sommeil et les bons rêves dans votre chambre !

Conseils 4 : Suivez un entrainement sophrologique en groupe ou en individuel

Une bonne hygiène de sommeil s’apprend. En individuel, un sophrologue peut revoir vos habitudes de sommeil avec vous et adaptez un protocole d’exercices adaptés à votre situation. La sophrologie marche pour le sommeil, c’est une certitude absolue, mais à condition toutefois de s’entrainer régulièrement et de répéter les exercices dans le temps. Intégrer un groupe de sophrologie vous permettra d’entretenir les bonnes habitudes conseillés par votre praticien.

 


👋

Sophrologie et yoga

Passionnée de raja yoga, le yoga de la maîtrise du mental, j’ai voulu compléter ma palette d’outils d’enseignante de yoga, pour plonger un peu plus profondément dans le fonctionnement du mental et pouvoir proposer à mes élèves un outil puissant pour exceller en pensées positives… un pivot déterminant en yoga. Le yoga ne saurait se passer de cet aspect. Pour méditer profondément, le mental a besoin de paix. Et comment être en paix avec soi-même et avec le monde, lorsque nos pensées regorgent de problèmes, de soucis et de croyances qui nous tirent vers le bas ? On aura beau se contorsionner sur un tapis, si en sortant de son cours de yoga, on recommence à ressasser, le corps inévitablement redeviendra tendu.

Plus fort que tout, notre mental dirige notre existence et possède une emprise indéniable sur le corps physique. Une pensée égale une tension dans le corps. Une pensée sombre génère évidemment beaucoup plus de tensions dans le corps. Si l’expression, en avoir plein le dos existe, ce n’est pas pour rien !

Créé par Alfredo Caycedo (1932-2017 )psychiatre, la sophrologie (SOS : harmonie – Phren : conscience – logie : étude) ou encore “l’étude de la conscience en harmonie “nous éduque à cette pensée qui rend plus heureux et qui forcément nous aide à nous libérer de nos maux physiques. Le mental, comme le reste, a besoin d’éducation. Qui nous apprend à l’école comment se servir de notre mental pour être heureux ? Qui nous montre ce chemin ? Nos parents n’ont pas reçu cette éducation, à priori, ils n’ont pas pu nous la transmettre.

Ne validant pas les méthodes de “guérison” utilisée dans l’hôpital psychiatrique où il travaillait, Alfredo Caycedo a décidé de rompre avec ces techniques ‘d’un autre temps”.  Il a créé la sophrologie : un mélange de yoga, de méditation zen, de bouddhisme tibétain, de phénoménologie, de neuroscience, de psychologie et de philosophie grecque. L’homme vit dans une caverne. Il ne voit pas la lumière à l’extérieur. Il prend les ombres pour une réalité. Un concept cher aux yogis, selon qui les hommes vivent dans la maya, l’illusion, piégé dans leur mental qui ne cesse de leur jouer des tours.

(article repris du blog www.milaparvati.com